Sélectionner une page

La dette publique en France s’est établie à la fin de septembre à 100,4 % du produit intérieur brut (PIB), soit 2 415 milliards d’euros, en hausse de 39,6 milliards par rapport au trimestre précédent.

La dette publique en France s’est établie à la fin de septembre à 100,4 % du produit intérieur brut (PIB), soit 2 415 milliards d’euros, en hausse de 39,6 milliards par rapport au trimestre précédent, a rapporté vendredi 20 décembre l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee).

La dette publique française avait déjà dépassé par deux fois le PIB en 2017, après intégration de la dette de la SNCF, pour atteindre 100,7 % au premier trimestre, et 100,9 % au deuxième trimestre. « Cette hausse de la dette au troisième trimestre était attendue, a réagi, vendredi matin, le cabinet du ministre de l’action et des comptes publics, Gérald Darmanin. Elle provient de raisons techniques, et notamment du calendrier des émissions et des amortissements de titres de dette. »

Bercy prévoit par ailleurs que le ratio de dette « amorcera sa décrue à compter de 2020 ». Pour l’heure, l’objectif est de 98,7 % du PIB en 2020. Reste à voir ce que contiendra la loi de programmation des finances publiques, qui doit présenter au printemps la nouvelle trajectoire budgétaire du gouvernement jusqu’en 2022. L’entourage du ministre souligne que « cela ne remet donc pas en cause la prévision du gouvernement, d’une dette à 98,8 % du PIB fin 2019 ». Le ratio de dette en cette fin d’année sera inférieur à 100 %, « après des remboursements de capital importants en octobre et en novembre », précise-t-on.

La variation de la dette ne permet pas de déduire le déficit

« Cette hausse provient principalement de la dette négociable à long terme (+ 35,8 milliards d’euros) et dans une moindre mesure de la dette négociable de court terme (+ 4,1 milliards) », a détaillé l’Insee dans un communiqué. « Cette progression de l’endettement de l’Etat s’accompagne d’une augmentation importante de sa trésorerie (+ 22,5 milliards) », ajoute l’institut.

L’Insee avertit que « la variation de la dette ne permet pas de déduire le déficit public », et que la dette publique brute n’est pas exactement la même que la dette au sens du traité de Maastricht, de laquelle est exclue « la variation des actifs financiers et des passifs ».

Le traité de Maastricht stipule que l’endettement public des Etats de la zone euro ne doit pas dépasser 60 % du PIB. L’objectif affiché cette année par le gouvernement est de contenir la dette publique à la fin de décembre à 98,8 % du PIB.

La consommation des ménages français a ralenti légèrement en novembre

La croissance des dépenses des ménages français en biens a légèrement ralenti en novembre (+ 0,1 % après 0,2 % en octobre), en raison d’un repli des achats alimentaires, a par ailleurs annoncé l’Insee dans un communiqué.

La consommation d’énergie a rebondi en novembre (+ 1,2 % après – 1,5 % le mois précédent), tandis que les achats alimentaires se sont nettement repliés (– 0,8 % après + 0,8 %), en raison de la baisse de la consommation de tabac, en lien avec la hausse des prix, a précisé l’institut statistique dans un communiqué.

En revanche, la consommation de biens fabriqués a de nouveau augmenté en novembre (+ 0,5 %). Quant aux dépenses liées à l’habillement, elles auraient rebondi en novembre (+ 0,5 % après – 0,5 % en octobre), selon une évolution en partie extrapolée par l’Insee, en raison de l’indisponibilité provisoire de données.

Les chiffres de la consommation sont une donnée importante pour la croissance française, traditionnellement stimulée par les achats des ménages. Le chiffre de l’Insee ne prend toutefois en compte que la consommation de biens, et pas celle de services.

Source: Le Monde avec AFP